Espace Monique Lise Cohen

Archives de l’Organisation Juive de Combat

Retour ajlt

Archives

lectures

Evenements

temoignages

recherches

Les Juifs dans la Résistance

Joseph Georges COHEN

Les archives de l’Organisation juive de combat – Collection Joseph Georges Cohen – présentent tous les aspects de ce que fut la Résistance juive : lutte armée et sauvetage. Ce site qui les présente a vocation à s’ouvrir à celles et à ceux qui veulent offrir leur témoignage ou transmettre des documents. Afin de fonder la mémoire, de développer la connaissance historique et de forger les voies de l’avenir. Les archives que nous présentons concernent essentiellement la France, mais la recherche historique peut s’élargir à tout l’histoire de la résistance juive en Europe et offrir les voies d’une réflexion sur la présence juive en Europe.
En 1940, les Juifs Français ont vu tout leur environnement, toutes leurs aspirations et certitudes s’écrouler. Leurs liens avec d’autres Français se sont aussi bien souvent effacés. Les instances légales se sont tues à l’annonce des lois anti-juives du 3 octobre 1940. Aux yeux de tous, on présenta alors les Juifs comme les responsables de la défaite de la France.

D’autre part des milliers de Juifs venant d’Allemagne ou de Pologne et qui avaient trouvé refuge en France, étaient internés dans les camps du Sud de la France.Les Juifs entrèrent très tôt en résistance. Ils furent les combattants de la France Libre ou de la Résistance Intérieure, résistants de la M.O.I., des maquis juifs des Eclaireurs Israélites ou de l’Organisation Juive de Combat,… La Résistance nationale, écrit Lucien Lazare, a combattu, avec l’appui des Alliés, le même ennemi que la Résistance juive. Mais cet ennemi, dit-il,  » livrait deux guerres : l’une contre les Etats et l’autre contre les Juifs ». Et la guerre contre les Juifs allait plus vite que l’autre! Adam Rayski écrit : « Sur l’horloge de l’histoire, les aiguilles avancent plus vite pour les Juifs que pour les autres peuples. Le temps des autres n’est pas précisément le nôtre »…

 

Histoire

k

Juifs et Résistance

Les Juifs pendant la guerre en France et en Europe

Région de Toulouse

Les Juifs dans la résistance (Région de Toulouse)

g

La part des étrangers

Les Juifs dans la résistance (La part des Etrangers et l’exemple de Toulouse)

Témoignages

Divers témoignages et entretiens

Temoignage

Monique Lise Cohen, contributrice majeure de ce site…
Une belle personne nous a quittés

Monique Lise Cohen est née à Toulouse en 1944. Juive d’origine ashkénaze, elle a grandi dans une famille de résistants et fait des études de philosophie à Toulouse. Le mois de mai 68 a interrompu une carrière dans l’enseignement. Après un parcours dans l’extrême gauche, le mouvement des femmes l’a engagée sur la voie de l’écriture. Elle a été bibliothécaire, après de nombreuses péripéties, et elle a poursuivi des études juives.

Monique Lise Cohen a donc fait des études de philosophie à Toulouse. Docteur en lettres, elle est poète et auteur de plusieurs ouvrages et études sur des thèmes littéraires, philosophiques, religieux et historiques. Elle a été bibliothécaire à la Bibliothèque de Toulouse où elle a créé un secteur « Hebraica-Judaica » et animé un Centre d’Etude et de Recherche sur la Résistance toulousaine.

Elle a fait son doctorat sous la direction d’Henri Meschonnic, en 1989 : « Le thème de l’émancipation des Juifs : archéologie de l’antisémitisme ». Ce texte a été publié en 1992 aux éditions Vent Terral, sous le titre : « Les Juifs ont-ils du cœur ? », avec une préface d’Henri Meschonnic.

Elle a participé aux travaux de l’ISTR (Institut de Science et de Théologie des religions) de Toulouse et y a enseigné. Elle a également animé l’unité de recherche : « Herméneutiques bibliques ». Elle a été faite Chevalier de l’ordre des Arts et lettre en novembre 2017.

Présidente de l’Association : « Mémoires : les Juifs dans la Résistance ». Association gérant, autour d’un site internet (http://www.resistancejuive.org) les archives de l’Organisation juive de Combat pendant la Seconde Guerre mondiale et dont la collection porte le nom de son père : Joseph-Georges Cohen.

Membre de notre communauté depuis novembre 2004, elle a largement et régulièrement apporté sa contribution culturelle éclairée aux débats et commentaires comme le colloque sur la circoncision en 2014 sans parler des conférences et autres présentations qu’elle a organisées au centre communautaire et des nombreux articles qu’elle a publiés dans notre bulletin.

Chère Monique Lise, ton empreinte restera à jamais dans notre communauté et ton départ va nous laisser un vide immense.